TIMOCOM : un dernier trimestre fort pour le secteur du transport

Une demande importante de véhicules

Partager sur ...
25.01.2019

Erkrath, le 25/01/2019 – Au dernier trimestre de l’année passée, le marché européen du transport ne s’est pas laissé impressionner par les conflits commerciaux internationaux, ni même par la détérioration des perspectives économiques. « Le secteur du transport a connu un dernier trimestre traditionnellement fort », telle est l’analyse faite des chiffres actuels du baromètre du transport par le porte-parole de TIMOCOM, Gunnar Gburek.

 

« Les prix du transport resteront sous pression en 2019 car les capacités de transport demeurent une denrée rare », prévoit Monsieur Gburek.
Partager sur ...

Le baromètre du transport TIMOCOM enregistre une demande de véhicules qui ne fléchit pas sur le marché européen / Le manque de chauffeurs de camions continue à freiner la croissance / Les prix du transport 2019 restent sous pression

 

L’outil d’analyse permet à l’entreprise informatique de collecter, chaque trimestre, les données relatives à l’évolution de l’offre et de la demande de transport, dans la bourse de fret intégrée dans le Smart Logistics System de TIMOCOM. Avec 127 000 utilisateurs et jusqu’à 750 000 offres de fret et de véhicules chaque jour, c’est la plus importante bourse de fret d’Europe pour le transport routier de marchandises.

 

Les capacités de transport demeurent une denrée rare en 2019

L’analyse des chiffres du quatrième trimestre révèle un excédent de la demande des sociétés qui utilisent TIMOCOM pour déposer leurs offres de fret sur le marché du transport, de plus de deux tiers par rapport aux capacités des camions disponibles et proposées. Ainsi, sur la période d’octobre à décembre 2018, la bourse de fret comptait en moyenne 71 offres de fret contre 29 offres de véhicules.

 

Ce résultat confirme qu’il subsiste une inadéquation entre les volumes de fret importants et les capacités des camions disponibles sur le marché du transport. « Les prix du transport resteront sous pression en 2019 car les capacités de transport demeurent une denrée rare », prévoit Gburek. Et pas de relâchement en vue : Le manque de chauffeurs de poids lourds va continuer à s’aggraver en Allemagne et deviendra un facteur de croissance règlementaire de plus en plus important pour l’économie.

 

haut

Je donne mon accord afin que cette page utilise des cookies à des fins d'analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus