skip navigation
01.02.2022

Le baromètre du transport de TIMOCOM : des capacités limitées face à une forte demande

Peu de capacités pour une forte demande

Quatrième trimestre 2021 : Une hausse des offres de fret en Europe de 51 pour cent par rapport à l’année dernière

   – Les contraintes de capacité se répercutent sur les prix

   – Fort recul des frets en provenance et à destination du RU

   – Nette hausse des véhicules Jumbo et Mega en 2021

Erkrath, le 1er février 2022 – Le quatrième trimestre 2021 affiche une tendance continue à la hausse des offres de fret et un déséquilibre par rapport aux offres de véhicules. En outre, le baromètre du transport de TIMOCOM laisse apparaître une hausse des saisies d’offres de fret dans le Smart Logistics System par rapport à l’année précédente. Les données cumulées de 46 pays européens affichent une nette hausse de 51 pour cent. Cette valeur a donc légèrement augmenté, y compris par rapport au troisième trimestre.

« Il est important de ne pas bloquer trop longtemps les capacités déjà très limitées, car la réservation injustifiée de camions, réduit le nombre de véhicules disponibles et entraîne une hausse du prix sur le marché. » Gunnar Gburek, Head of Business Affairs TIMOCOM
Partager sur ...

Le marché du transport repart malgré une conjoncture défavorable

Malgré le renforcement des mesures sanitaires, le marché du transport a poursuivi sa progression au quatrième trimestre. Entre octobre et décembre 2021 inclus, le dépôt de fret dans le système de TIMOCOM a enregistré une hausse de 9 pour cent, par rapport au trimestre précédent. Les mois de novembre et décembre ont notamment été des mois importants pour les transporteurs et les entreprises de transport grâce aux activités de la période précédant Noël. En novembre, le volume des offres de fret a augmenté de 88 pour cent sur le marché spot, par rapport au chiffre de l’année précédente. En décembre, les saisies des offres de fret ont enregistré une hausse de 52 pour cent par rapport à décembre 2020.

Alors qu’en octobre, les offres de fret ont chuté de 10 pour cent par rapport au mois précédent, une reprise du marché du transport a été observée en novembre, avec une hausse de 8 pour cent. Malgré une nouvelle baisse de -5 pour cent en décembre, le bilan global reste positif :

Tous pays confondus, l’Europe a enregistré une hausse totale des offres de fret de 51 pour cent par rapport au quatrième trimestre 2020. La hausse constante de la demande est le signe d’une reprise de l’économie. Après avoir gagné deux points au mois de novembre, l’indice relatif au climat des affaires en France s'est replié au mois de décembre mais reste au-dessus de son niveau d'avant-crise selon un rapport de l'Insee. Les problèmes de livraison de produits semi-finis et de matières premières se sont aggravés et tempèrent les élans de l’industrie. Pour le commerce de détail du pays, la situation est aussi dramatique qu’à l’hiver 2020. Toutefois, les besoins en transport ont été importants au T4.

Demande constante de capacités de transport en Allemagne

Après un très fort mois de septembre (+60 %), le marché allemand du transport a généré 18 pour cent de fret de moins en octobre. Cependant, par rapport au troisième trimestre déjà en recul (-18 %), les offres de fret ont progressé de 2 pour cent. Le quatrième trimestre affiche donc une hausse de 37 pour cent par rapport au trimestre précédent. C’est en novembre que l’Allemagne a enregistré la plus forte hausse des offres de fret du T4, avec 87 pour cent de plus que l’année précédente.

En effet, le pays enregistre une demande constante de véhicules. Malgré les problèmes de livraison et les retards, les véhicules – y compris pour les transports dans l’arrière-pays, notamment vers les terminaux portuaires – constituent un bien rare et très recherché. Le rapport entre offres de fret et véhicules proposés, est totalement déséquilibré. Cette évolution se répercute également sur le prix du transport, comme l’observe Gunnar Gburek, expert en logistique et Head of Business Affairs chez TIMOCOM : « La hausse des prix des carburants et des coûts des véhicules exerce une pression sur le prix du transport. S’ajoutent à cela une hausse des coûts de main-d'œuvre, la taxe carbone et des frais de service supplémentaires notamment pour les temps de déchargement et d’attente », explique le porte-parole de l’entreprise. « Il est important de ne pas bloquer trop longtemps les capacités déjà très limitées, car la réservation injustifiée de camions, réduit le nombre de véhicules disponibles et entraîne une hausse du prix sur le marché. »

Hausse des camions-bennes, des camions-citernes et des semi-remorques Mega

En 2021, les types de véhicules les plus demandés furent les camions-bennes et les camions-citernes, une tendance différente de l’année 2020. La demande de camions-citernes a enregistré une hausse de 236 pour cent, et la demande de camions-bennes, une hausse moyenne de 297 pour cent. Les transports sous température dirigée ont également occupé une large place cette année : La demande de camions à température dirigée et de semi-remorques frigorifiques a augmenté de 184 pour cent. S’ajoute à cela une augmentation du nombre de véhicules Jumbo et Mega qui représentaient 159 pour cent de plus dans les descriptions d’offres, l’année passée. Les semi-remorques avec toit réglable en hauteur, encore négligés en 2020, ont même été multipliés par 90. Cela indique notamment que les clients essaient de transporter le plus de marchandises possible dans un même véhicule. Une tendance qui pourrait se poursuivre en 2022.

Comparaison des différents pays desservis : Le RU fait un flop après le Brexit et le confinement

Toutes les relations en provenance et à destination de la Grande-Bretagne font partie des plus fortes baisses en matière d’offres de fret, du transport routier de marchandises européen, par rapport aux chiffres de l’année passée :

  • DE => RU : -18 % en octobre, -16 % en novembre et -48 % en décembre

Les offres de fret de France à destination de l’île britannique, ont également diminué :

  • FR=> RU : -4 % en octobre, -12 % en novembre et -33 % en décembre

Les frets en provenance du RU et à destination de l’Allemagne ont reculé de 11 pour cent en octobre, ils ont ensuite fait un bond de 25 pour cent en novembre avant de subir une nouvelle baisse de 57 pour cent en décembre.

  • RU => DE : -11 % en octobre, +25 % en novembre et -57 % en décembre

La propagation du variant Omicron et le reconfinement, mais aussi le Brexit et la modification des formalités douanières sont les principales causes de cette tendance.

Hausse du fret à destination de la France et sur le territoire français

En revanche, les frets à destination de la France et sur le territoire français ont progressé par rapport à 2020. Selon la Commission européenne, avec 6,5 pour cent, la croissance du PIB de la France est supérieure à la moyenne européenne qui atteint 5,9 pour cent. Cette dynamique se reflète également dans la hausse du transport intérieur :

  • FR => FR : +39 % en octobre, +101 % en novembre et +70 % en décembre

Les offres de fret d’Allemagne, à destination de la France, ont également enregistré une hausse :

  • DE => FR : +19 % en octobre, +99 % en novembre et +75 % en décembre

Nette augmentation des transports en provenance des Pays-Bas

Les frets au départ des Pays-Bas, à destination de l’Allemagne voisine, ont également continué de croître. Dès le mois de novembre, les Pays-Bas furent considérés comme une zone à haut risque, en raison de la propagation du variant Omicron. En décembre, le pays fut reconfiné. Cela entraîna, au T4, une hausse des transports et une augmentation des flux de marchandises vers le pays voisin.

Concrètement, les changements suivants ont été mesurés au quatrième trimestre 2021 par rapport au même trimestre de l'année précédente :

  • NL => DE : +61 % en octobre, +258 % en novembre et +97 % en décembre

Le marché polonais du transport en baisse en fin d’année

En Pologne, le nombre total de transports nationaux a diminué au quatrième trimestre. Certes, le rapport fret / véhicules de 36 pour cent était supérieur à celui du quatrième trimestre 2020, mais si l’on compare avec le trimestre précédent, les offres de fret ont reculé de 12 pour cent au T4. Outre la situation économique en Europe, ce recul est également dû à la situation actuelle à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. En raison de la crise migratoire, l’accès à la frontière a été interdit pendant plusieurs jours, provoquant des embouteillages de camions de chaque côté de la frontière.

Mais en Pologne, les opérations de Noël et de fin d’année ont eu un effet positif : Après une baisse de 4 pour cent en octobre, en novembre le marché du transport a enregistré une hausse de 21 pour cent par rapport au mois précédent. En dépit de la période des achats de Noël, cette hausse n’a pas permis de renverser la tendance dans le transport national polonais. Une tendance similaire avait déjà été observée l’année passée, ce qui laisse espérer une évolution positive en 2022.

Rétrospective 2021 et perspective 2022

De manière générale, la reprise du transport routier européen qui avait débuté le second semestre 2020, s’est poursuivie en 2021. Mais en raison de la pandémie, l’année passée a toutefois été marquée par des pénuries de capacités et d’approvisionnements. Cette situation a également été aggravée par la pénurie de chauffeurs en Europe. Se sont ajoutés à cela, la hausse de l’inflation et l’augmentation des coûts des matières premières et du carburant. Ces aspects seront traités par le secteur logistique cette année. Toutefois, Gunnar Gburek, expert en logistique et Head of Business Affairs chez TIMOCOM, ne considère pas qu’une menace pèse sur la sécurité des approvisionnements. Il se pourrait toutefois que les retards de livraison perdurent en Europe. « Dans le transport routier, il est possible que des transports spéciaux, tels que des transports frigorifiques, ne soient pas toujours disponibles à court terme. Pour les transports standards en revanche, le marché spot pourrait offrir davantage d’opportunités », explique Gunnar Gburek. « Les capacités sont rares mais elles existent. Les applications numériques peuvent vous aider à exploiter la disponibilité des véhicules de façon optimale. »

Depuis 2009, le baromètre du transport permet à l’entreprise FreightTech TIMOCOM d’analyser l’évolution de l’offre et de la demande de transport dans la bourse de fret intégrée dans le Smart Logictics System dans 46 pays d’Europe. Plus de 135 000 utilisateurs déposent chaque jour jusqu'à 800 000 offres internationales de fret et de véhicules. Ce système aide les plus de 50 000 clients de TIMOCOM à atteindre leurs objectifs logistiques de façon intelligente, sûre et simple.

haut