Équilibre travail-sommeil : la symbiose entre sommeil et rythme de travail

Informations et conseils pour l’hiver

Partager sur ...
02.03.2020

Que vous soyez transporteur ou donneur d'ordre, chauffeur routier ou employé de bureau : l’équilibre entre le travail et le sommeil est fondamental. Mais dans les métiers impliquant les "trois-huit", il est particulièrement difficile de parvenir à une symbiose parfaite entre le temps de travail et le temps de sommeil. Or, chacun devrait avoir conscience de l’importance de cet équilibre.

Les travailleurs postés dorment mal car ils n’ont pas de rythme de sommeil régulier. Cela concerne différentes catégories professionnelles. Dans le secteur de la logistique, les affréteurs et les transporteurs sont les plus touchés.
Partager sur ...

Pourquoi sommes-nous fatigués ?

L’adénosine est un composé organique qui influence le sommeil. Toute la journée, le corps humain produit de l’adénosine dans le cerveau, dès l'éveil et dès que nous dépensons de l'énergie. En fonction de notre métabolisme, notre équilibre énergétique est « consommé » au bout de 12 à 16 heures et nous signale qu’il est temps de dormir. Pourquoi ? Quand nous dormons, nous débarrassons notre corps de l’adénosine qui nous donne ce sentiment de fatigue. Notre corps a besoin de sept à huit heures de sommeil pour être à nouveau en pleine forme le lendemain. Ceux qui n’y parviennent pas, ne parviennent pas non plus à rattraper le sommeil perdu. « Il est impossible de rattraper le sommeil perdu » assure Nadine Kaszubowska de TIMOCOM qui s’est sérieusement penchée sur ce thème. Elle a transmis ses connaissances à ses collègues dans le cadre d’une conférence de mise en forme.

L’heure à laquelle la fatigue se fait ressentir dépend de nombreux facteurs individuels. Comme par exemple, l’heure à laquelle nous débutons notre journée. « En terme de sommeil, il existe deux catégories de personnes : ceux qui se lèvent tôt et sont très performants dès le matin et les autres qui commencent leur journée plus tard et sontplus actives la nuit » Cette spécificité dépend de chaque individu. Les « lève-tôt  » qui commencent tôt leur journée sont plus fatiguées le soir, car le niveau d'adénosine est déjà au plus haut. Les « chouettes » qui commencent leur journée plus tard ressentent la fatigue plus tard. Un employé bien reposé est toutefois beaucoup plus productif. Une petite sieste peut également être réparatrice.


Il ne faut pas sous-estimer le manque de sommeil

Si l'on doit travailler de nuit, on dort mal car on n'a pas de rythme de sommeil fixe. Cela concerne différentes catégories professionnelles. Dans le secteur de la logistique, les affréteurs et les transporteurs sont les plus touchés. Ils doivent dormir quand le temps de service ou le temps de pause l’imposent. Un temps de sommeil réduit a également un impact négatif sur l’efficacité car l’adénosine n’a pas le temps d’être éliminée. L’adénosine peut uniquement être éliminée pendant le sommeil. Le côté pernicieux du manque de sommeil grandissant est que la fatigue se fait ressentir plus vite car l’adénosine atteint son plus haut niveau rapidement. Le risque de somnolence augmente alors considérablement, ce qui représente un danger certains pour les conducteurs professionnels. Le corps se « déconnecte » et ne réagit plus. Dans ce cas, même un café est inutile.

Tout le monde le sait, la consommation de café ou de thé peut aider à lutter contre la fatigue à court terme. La caféine et la théine agissent comme des antagonistes de l’adénosine. Elles annulent son effet car les récepteurs de l’adénosine sont occupés mais ne sont pas activés.

Mais attention à la surconsommation de café. En effet, plus la quantité consommée est importante et plus le corps aura besoin de temps pour éliminer la caféine (ou la théine). Une personne qui boit du café ou du thé juste avant de se coucher peut avoir un sommeil très perturbé. Et ce n’est pas l’heure de sommeil supplémentaire que nous gagnons le week-end du passage à l’heure d’hiver qui nous permettra de rattraper ce manque de sommeil.


Conseils pour un sommeil plus réparateur

Pour éviter cela, il est recommandé de prévoir suffisamment d'heures de sommeil. Notre corps ne peut se contenter de simples petites pauses. Une alimentation plus équilibrée peut également permettre de mieux tirer profit des phases de sommeil.

Pour avoir un sommeil de qualité et réparateur, les aspects suivants doivent être pris en compte :

Un dîner adapté à ses besoins s'impose : il vaut mieux éviter les énormes portions de frites ou la pizza bien grasse, mais il est tout aussi mauvais de sursoir au dîner et de se coucher le ventre vide. Déterminez l’heure idéale du dîner qui vous permettra de passer une bonne nuit sans avoir de lourdeurs d’estomac est la clé de voûte d'un sommeil réparateur. De même, l’alcool facilite certes l’endormissement mais, en général, le sommeil n’est ni profond ni réparateur. La consommation d’alcool affecte  la qualité du sommeil : y renoncer peut donc avoir un impact favorable sur le sommeil.

L’activité physique et le sport ainsi que les jeux de réflexion sont bons et importants pour le sommeil. Ils permettent de « fatiguer » le corps. Mais : l’effort physique intense juste avant le coucher peut avoir l’effet inverse. Il est donc important de prévoir un délai adapté entre l'activité sportive et l'heure du coucher de façon à permettre à votre corps de faire redescendre la pression après l’activité physique. Il est généralement bénéfique de mettre en place des rituels. Que ce soit une balade, un livre de chevet, un livre audio ou un programme télévisé : la mise en place de rituels peut éviter les problèmes d’endormissement.


Passez l’hiver et les phases difficiles en pleine forme et reposé !

 

haut

Je donne mon accord afin que cette page utilise des cookies à des fins d'analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus